Affaire Clarisse Cremer : « Le « Clarisse Gate » n’est que la partie émergée de l’iceberg »

Quelques jours après le début de la polémique, les soutiens envoyés via les réseaux sociaux à Clarisse Cremer se multiplient. Charlie Dalin, Sam Davies, Marie Tabarly se sont exprimés sur cette affaire.

La navigatrice de 33 ans s’est exprimé ce jeudi 2 février. « J’ai appris vendredi dernier que Banque Populaire avait finalement décidé de me remplacer. Par leur décision, et malgré ma volonté constante, je ne serai pas au départ du Vendée Globe 2024 ».
La faute à une évolution du règlement qui demande des points à tous les skippers, en se basant sur les milles parcourus à chaque course. Or, elle a donné naissance à une petite fille en 2022.

 » Le « Clarisse Gate » n’est que la partie émergée de l’iceberg, il est évident que les femmes ne sont clairement pas au même niveau que les hommes dans ce milieu. » Marie Tabarly, navigatrice

Le président de la Fédération française de voile (FFV) Jean-Luc Denéchau a déploré ce mardi 7 février par une déclaration à l’AFP l’éviction de Clarisse Crémer par Banque Populaire après sa maternité et espère que la navigatrice puisse prendre le départ du prochain Vendée Globe. « Je comprends la colère et la déception de Clarisse Crémer. J’ai donc immédiatement pris contact avec les différentes parties pour trouver une solution à l’image des valeurs que nous défendons toutes et tous et faire en sorte de retrouver Clarisse sur la ligne de départ du Vendée Globe 2024, a t’il expliqué. La fédération est engagée depuis plusieurs années dans un programme de féminisation de notre sport et, dans ce cadre, elle est particulièrement attachée à ce que ses sportives de haut niveau puissent concilier maternité et carrière sportive.« 

Clarisse Cremer X Banque populaire – DR.


La navigatrice, installée à Locmiquélic (56), a reçu un énorme soutien, dont celui de la Ministre des sports.

Trois jours après l’annonce de la décision de la Banque populaire d’évincer la skipper du prochain Vendée Globe après sa maternité et un changement de réglementation, le sponsor pourrait revenir sur sa décision. Comme indiqué chez nos confrères du Parisien, RMC Sport confirmait ce week-end que les responsables de la Banque Populaire avaient entamé une réflexion pour revenir sur leur décision et proposer à la navigatrice de prolonger son bail sous les couleurs bleu et blanc.

Vivienne Westwood, l’icône punk s’est éteinte à l’âge de 81 ans

La créatrice de mode et icône de style britannique Vivienne Westwood est décédée à l’âge de 81 ans. Elle est décédée paisiblement, entourée de sa famille, à son domicile de Londres jeudi, selon un communiqué officiel de sa marque.

Pour les médias, elle était « la grande prêtresse du punk » et la « reine de l’extrême ». 
Pour le monde de la mode, elle était un personnage chéri qui a dynamisé et repoussé les limites de l’industrie jusqu’à sa mort.
Après avoir tournoyé sans culotte pour les photographes après avoir reçu son Ordre de l’Empire britannique de la reine en 1992.
En avril 1989, elle a fait la couverture du magazine Tatler, vêtue d’un costume Aquascutum qui, selon elle, était destiné à Margaret Thatcher.

Au fur et à mesure que sa stature grandissait, elle semblait transcender la mode. 
La jeune femme qui avait méprisé l’establishment britannique en est finalement devenue l’une de ses vedettes, même si elle a gardé ses cheveux teints dans cette teinte orange vif caractéristique.

La longue carrière de Westwood était pleine de contradictions : rebelle de toute une vie mais honorée à plusieurs reprises par la reine Elizabeth II. 
Elle s’est habillée comme une adolescente même dans la soixantaine et est devenue une fervente partisane de la lutte contre le changement climatique, avertissant de la catastrophe planétaire.

« La mode peut être si ennuyeuse« , a-t-elle déclaré à l’Associated Press après avoir dévoilé l’une de ses nouvelles collections lors d’un défilé en 2010. « J’essaie de trouver autre chose à faire.« 

Westwood laisse dans le deuil son deuxième mari, le designer d’origine autrichienne Andreas Kronthaler qui possède une ligne de mode sous sa marque, et deux fils.

Stéphanie Frappart devient la première femme à arbitrer un match de Coupe du monde masculine

Stéphanie Frappart est devenue la première femme à arbitrer un match de la Coupe du monde masculine après avoir été sélectionnée pour prendre en charge l’affrontement crucial de jeudi entre l’Allemagne et le Costa Rica.

La joueuse de 38 ans, a dirigé une équipe entièrement féminine sur le terrain pour le match du Groupe E au stade Al Bayt, avec la Brésilienne Neuza Back et la Mexicaine Karen Diaz Medina choisies comme assistantes.

Stéphanie Frappart est déjà entrée dans l’histoire du tournoi, pusiqu’elle est devenue la première femme officielle d’un match de Coupe du monde masculin alors qu’elle était quatrième officielle pour le match nul et vierge entre le Mexique et la Pologne mardi dernier.

La Fifa a nommé trois femmes arbitres sur sa liste de 36 pour la compétition, avec Salima Mukansanga du Rwanda et Yoshimi Yamashita du Japon également au Qatar.

Il y a également trois femmes parmi les 69 arbitres assistantes : Back, Diaz Medina et Kathryn Nesbitt des États-Unis.

Inédit en Europe, l’Espagne vers un « congé menstruel »

Le gouvernement de gauche espagnol a présenté un projet de loi créant un « congé menstruel » pour les femmes souffrant de règles douloureuses, une première en Europe.

Le gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre Pedro Sánchez (parti socialiste) a présenté ce 17 mai un projet de loi en ce sens en conseil des ministres avec la volonté de lever un « tabou ».

« Nous allons être le premier pays d’Europe à instaurer un arrêt maladie temporaire financé intégralement par l’État pour des règles douloureuses et invalidantes », s’est félicité la ministre de l’Egalité, Irene Montero, à l’issue du Conseil des ministres.

Irene Montero Photographer: Gabriel Bouys/AFP/Getty Images

« Les règles ne seront plus taboues (..) C’en est fini d’aller au travail avec des douleurs » ou en « se gavant de comprimés » et « de cacher notre douleur », a ajouté la ministre, l’une des chefs de file du parti de gauche radicale Podemos, partenaire du parti socialiste du Premier ministre Pedro Sánchez au sein du gouvernement de coalition.

« Nous avançons en matière de féminisme. Les femmes doivent pouvoir décider librement de leurs vies », a salué Pedro Sánchez sur Twitter en référence à un projet de loi qui renforce par ailleurs le droit à l’avortement dans le pays.

En France, comme au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, quelques entreprises accordent un tel « congé menstruel » à leurs salariées mais il n’est pas inscrit dans la loi.

En Espagne, la mesure a toutefois suscité des réticences au sein même de l’exécutif, parmi les ministres socialistes, mais aussi au sein des syndicats.

« Il faut faire attention avec ce type de décision », avait mis en garde vendredi la secrétaire générale adjointe de l’UGT, l’un des deux principaux syndicats espagnols, Cristina Antoñanzas, en se disant inquiète vis-à-vis d’un possible frein à l’embauche des femmes de la part d’employeurs voulant éviter ces absences.

Une analyse réfutée par Commissions ouvrières (CCOO), l’autre grand syndicat espagnol, qui a salué une « avancée législative » majeure, de nature à « rendre visible et reconnaître un problème de santé jusqu’à présent ignoré ».

Le texte du gouvernement prévoit aussi un renforcement de l’éducation sexuelle dans les écoles ainsi que la distribution gratuite de moyens contraceptifs ou de produits d’hygiène menstruelle dans les lycées.

La ministre de l’Égalité était aussi favorable à une réduction de la TVA sur les produits d’hygiène menstruelle, de 10% à 4%, mais cette mesure n’a pas été retenue.

L’Espagne est un pays considéré comme l’un des pionniers en Europe en matière de féminisme depuis l’adoption en 2004 d’une loi sur les violences de genre. Se revendiquant féministe, le gouvernement Sánchez compte plus de femmes (14) que d’hommes (9 en incluant le Premier ministre).

© 2022 AFP

Etats-Unis : la Cour suprême s’apprête à mettre fin au droit constitutionnel à l’avortement

La Cour suprême américaine se prépare à renverser l’arrêt historique qui a fait de l’avortement un droit constitutionnel aux Etats-Unis, d’après le site d’information américain Politico, qui s’appuie sur la fuite sans précédent d’un document d’une centaine de pages. Cette annonce a fait l’effet d’une bombe. Une menace pour le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), et une victoire pour les Etats conservateurs.

Abortion rights supporters and anti-abortion demonstrators rally outside the U.S. Supreme Court | Getty Images

L’arrêt Roe vs Wade qui, il y a près d’un demi-siècle, a estimé que la Constitution américaine protégeait le droit des femmes à avorter, était « totalement infondé dès le début », selon ce texte qui peut faire l’objet de négociations jusqu’au 30 juin.

La loi sur l’avortement au centre de l’affaire de la Cour suprême pourrait porter un coup final à l’accès à l’avortement.

#StandWithUkrain

Toute l’équipe de Brillante Magazine est très préoccupée par l’intensification de l’offensive militaire en Ukraine et ses conséquences, notamment pour les femmes & les filles.

Œuvre de l’artiste Kasia Rubin Art

Malgré la distance qui nous sépare, il y a des manières d’agir pour les Ukrainiens dans cette guerre contre la Russie.

Voici une plateforme de recensement des initiatives humanitaires qui centralise les besoins des acteurs associatifs présents en Ukraine.

Le peuple Ukrainien a besoin de dons, de bénévoles, de matériels notamment de médicaments type insuline, de famille d’accueil pour les réfugiés etc..

Une pensée particulière pour nos consœurs et confrères journalistes partis couvrir le conflit..

Focus sur le premier congrès « Femmes en sciences »

Le premier congrès Femmes En Sciences aura lieu les 18, 19 et 20 février 2022 au Centre des Congrès de la Villette, dans le 19e arrondissement de Paris.

La Journée internationale des Femmes et Filles de science a lieu chaque année le 11 février et c’est l’occasion de rappeler que le monde a besoin des sciences, et que les sciences ont besoin des femmes et des filles.

Cette année, le projet “Femmes En Sciences”, porté par l’Association Fédérative Nationale des Étudiant.e.s Universitaires Scientifiques (AFNEUS), organise son premier congrès, pour une valorisation de la femme dans les études scientifiques puisque moins de 40 % des étudiant.e.s en sciences sont des femmes (chiffres 2020).

Ouvert à tout.e.s et gratuit, vous pourrez ainsi assister à des conférences, des tables rondes, des ateliers de science participative, des expositions, des stands variés, des temps d’échange ainsi que des projections de documentaires et autres, pendant 3 jours.

Au travers des ateliers, vous découvrirez de nombreuses femmes scientifiques, leurs contributions, leur parcours ainsi que leur importance dans l’ensemble des domaines scientifiques. Vous pourrez également échanger avec elles sur leur quotidien, sur leur métier, leurs études et sur le monde scientifique dans sa globalité.

Des ateliers de sciences participatives permettront de découvrir tous les aspects de la science, de manière ludique et révèleront peut être des passions cachées ou feront naître des vocations.

Des conférences seront données par des chercheuses, des doctorantes, des ingénieures, des techniciennes, etc. vulgarisées afin de les rendre accessibles à toutes et tous. Ces femmes expertes parleront de leur domaine de travail et de leur métier.

Des expositions sur les « Femmes scientifiques d’hier et d’aujourd’hui » ainsi que « La Science taille XX Elles » seront également au programme.

Des ateliers permettant de découvrir tous les aspects de la science; expériences ludiques et surprenantes permettront aux plus jeunes de mettre un premier pas dans la science, et aux moins jeunes de voir le monde autrement.

Le congrès « Femmes en science » démarrera le vendredi 18 février à 10h par une plénière d’ouverture. Antoine Petit, PDG du CNRS ; Paul Mayaux, président de la FAGE ainsi que Anaëlle GATEAU, présidente de l’AFNEUS prendront la parole.

Chaque jour, 1000 places sont disponibles pour venir assister à cet évènement. Bien que totalement gratuit, il faut obligatoirement réserver son billet afin de pouvoir accéder au centre des congrès.

Relations sexuelles pendant le sommeil, il s’agit bien d’un viol ! 

Il semble que le principe du consentement libre et clair ne soit pas connu de certains avocats. Maîtres Karim Laouadi et Merabi Murgulia, défenseurs d’un violeur aujourd’hui condamnés, s’étonnent du jugement qui frappe leur client.

En 2014 puis en 2017, Babacar, âgé aujourd’hui de 36 ans a, par deux fois, eu des relations sexuelles avec des femmes pendant qu’elles dormaient. Ces femmes étaient, à chaque fois, sous l’emprise de l’alcool et de drogue, selon nos confrères du journal Le Parisien.

Campagne de prévention du viol

Passons sur le fait que l’une des deux victimes était mineure au moment des faits, le juge l’a sans doute pris en compte dans l’appréciation du crime.

Le consentement est défini dans le dictionnaire comme l’ “action de donner son accord à une action ou à un projet.” Juridiquement parlant, “le consentement à un acte sexuel est le fait, pour deux personnes, d’accepter de manière non-équivoque d’avoir un rapport sexuel ensemble.”

Surprise des avocats

Les avocats de ce criminel s’étonnent, dans les colonnes du Parisien : “Notre client continue de clamer son innocence” ont-ils réagi ”Comme trop souvent, en matière d’infractions sexuelles, la seule parole des plaignantes suffit pour condamner un homme à huit ans de prison.

A croire qu’ils n’ont pas conscience de ce qu’est l’état de sommeil.

Le Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil de Lausanne (Suisse) explique avec clarté (https://www.chuv.ch/fr/sommeil/cirs-home/recherche/reves-et-conscience) : “Toutes les nuits, quand nous nous endormons, notre conscience subit des changements remarquables. (…)  A d’autres moments de la nuit, la conscience peut totalement disparaître, typiquement, mais non exclusivement en sommeil profond en début de nuit.

En des termes plus adaptés à la justice, lorsqu’on s’endort, on déconnecte le cerveau du monde extérieur et on le connecte avec son monde intérieur.

On ne peut donc pas, lorsque l’on dort, avoir un comportement d’accord ou d’acceptation de quoi que ce soit. C’est la raison, par exemple, qui fait qu’on doit être éveillé pour signer un chèque de paiement des émoluments dus à un avocat.

L’accusé reconnaît les relations sexuelles

En outre dans cette histoire l’accusé reconnaît les relations sexuelles. Il est qualifié, par nos confrères du Parisien d’“habitué des soirées branchées de la capitale, consommateur régulier de cocaïne.

Nous sommes donc, ici, face à un accusé qui prend de la drogue, qui a des relations sexuelles avec des femmes alcoolisées et droguées. Et qui dorment.

La prise de quelque substance que ce soit ne change rien à la caractérisation du viol

Les faits sont là, cet homme a profité d’un état de faiblesse de ces femmes pour avoir des relations sexuelles avec elles. Il les a forcées à ces relations sexuelles pendant qu’elles étaient endormies.

Il les a violées.

Les viols en soirée

Le Collectif Féministe Contre le Viol, représenté par Maître Rongier, déclarait à la sortie du Tribunal : “Le viol en soirée dans un contexte alcoolisé, souvent minimisé, a été reconnu et sanctionné à la hauteur de la gravité des faits. C’est une avancée dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes.

L’association s’est portée partie civile dans ce procès.

Il est une évidence à rappeler : le fait qu’une personne consomme de la drogue, de l’alcool en toute conscience et en toute lucidité n’autorise pas de fait encore moins implicitement de rapport sexuel. Au contraire, l’humanité et l’empathie naturelle de l’être humain devraient faire en sorte que le comportement (masculin comme féminin) par défaut, soit alors protecteur et secourant.

Peine légère

La peine qu’il reçoit en réparation de son crime est bien légère. Ce sont huit années de prison auxquelles le violeur est condamné, là où les textes condamnent à quinze années d’emprisonnement les violeurs.

Les attendus de ce procès ne sont pas encore disponibles, mais il est certain que les circonstances auront été jugées atténuantes eut égard au crime commis. A commencer par le fait que ces femmes avaient absorbé alcool ou drogue, consciemment, avant d’être violées. Sans doute aussi le fait qu’il n’ait pas été fait usage de violence ou de menace a-t’il pu influencer cette procédure de jugement.

Dans tous les cas, les deux victimes devront se contenter d’une demi-mesure dans la réparation du crime qu’elles ont subi.

Les commentaires des avocats de l’accusé ne viendront pas alléger cette douleur.

Yannick Agnel nage en eau trouble

Accusé de viol et d’agression sexuelle sur mineure, le nageur Yannick Agnel est mis en examen mais libre au terme de 48h de garde à vue. L’enquête fait suite à une plainte d’une nageuse, fille aînée de son entraîneur Lionel Horter, qui s’entraînait avec Agnel à Mulhouse entre 2014 et 2016. Plusieurs nageurs ou anciens nageurs ont été auditionnés ces dernières semaines.
Yannick Agnel a reconnu « la matérialité des faits » que lui reproche la justice mais pas « la contrainte ». Le nageur avait 24 ans et la plaignante 13 ans au moment des faits en 2016. La victime a signalé plusieurs viols dans le Bas-Rhin, en Thaïlande, à Rio ou Tenerife. Yannick Agnel encourt jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle.

La magistrate a rappelé que la loi interdit en France toute relation sexuelle entre un majeur et un mineur de moins de 15 ans, même si celui-ci est consentant.

A la même époque, entre deux longueurs, Yannick Agnel trouve le temps de s’improviser chroniqueur cinéma. Le nageur a lancé une chaîne Youtube avec Liberty, la plus jeune fille de Lionel Horter, fin avril. Il y commente (occasionnellement) les dernières sorties sur grand écran.

Une série de vidéos très malaisantes datant de 2016 .. et qui prennent une toute autre dimension lorsque l’on se remémore le contexte (moment des faits).

Chaîne Youtube assortie d’une photo dans un tweet de Yannick Agnel (supprimé hier par son auteur) : « Je l’aime beaucoup beaucoup signé @liberty_horter »

DR Yannick Agnel

Les filles de l’entraîneur Lionel Horter pratiquent aujourd’hui toutes deux la natation.