Nathalie Goulet : « Je suis contre l’écriture inclusive et pour la chasse », une interview sans filtre

Nathalie Goulet est une femme aux avis tranchés et au parcours atypique s’il en est. Arrivée en politique brutalement suite au décès de son mari sénateur, elle se retrouve sénatrice de l’Orne et membre du groupe Union centriste au Sénat depuis 2007.
Celle qui tente actuellement de boucler sa liste en Seine Maritime, a eu la gentillesse de prendre le temps de répondre à nos questions sur les femmes, la société et son action politique.
Une interview fleuve et sans filtre d’une femme au franc parler, sans concession qui a accepté de se confier.

Lorsque nous la contactons, Nathalie Goulet vient tout juste d’apprendre la naissance de sa troisième petite fille aux États-Unis, elle ne manque pas de nous faire part de la bonne nouvelle, enthousiaste : « Une brune pour une fois, ma fille n’a fait que des blondes aux yeux bleus, ce qui n’est pas trop le genre de la famille. »

A l’aube de ses 63 printemps le 24 mai, la sénatrice vit difficilement son propre vieillissement : « J’ai détesté être grand-mère. J’ai l’angoisse de ce délabrement physique auquel on est condamnés, je suis en sursis je fais le maximum, je suis végétarienne et fais de la gym tous les jours. J’ai l’obsession de la balance, en cela le premier confinement a été terrible à vivre. J’ai fait la moitié du confinement en boulimie et l’autre moitié au régime. »
Que pense t’elle alors de la condition des femmes à travers cette crise sanitaire ? « La crise sanitaire a été une caisse de résonance pour les inégalités hommes-femmes au plan domestique et salariale avec une aggravation des situations. Les femmes occupent plus d’emplois à temps partiel vous ajoutez à cela la condition des femmes en tant que mère, épouse, il a fallu maintenir des équilibres familiaux avec beaucoup plus d’efforts dans un contexte très difficile. Psychologiquement cela a été plus difficile pour les femmes que pour les hommes.« 

Au niveau de votre région avez-vous envisagé de donner un écho à ce débat là ? « J’ai une femme tête de liste dans chaque département. C’est un choix stratégique qui m’a été reproché d’ailleurs par un « vieux cheval de retour » qui voyait d’un très mauvais œil l’une des tête de liste puisque lui même ambitionnait d’être tête de liste pour moi. Entre une femme qui travaille le terrain et un « vieux cheval de retour » qui a trainé ses guêtres dans tous les partis je n’ai pas hésité ! « 

« En politique les femmes se conduisent aussi mal que les hommes, il n’y a pas de différences. J’adore la phrase de Françoise Giroud : « Une femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente ». C’est difficile d’avoir des femmes sur les listes électorales, elles déclinent volontiers aux motifs qu’elles ne seraient soir pas assez compétentes ou pas assez disponibles. Ce qui n’est jamais le cas d’un homme qui accepte quasiment systématiquement même s’il est très mauvais ou n’a pas d’expérience. Le scrutin de liste, comme celui des régionales ouvre une porte importante pour les femmes, cela leur donne une visibilité dans le cadre d’une liste ce qui est plus difficile au scrutin majoritaire à deux tours. »

Nathalie Goulet dit détester les réseaux mais suis l’activité d’associations telles que Jamais sans elles « J’ai remarqué que les femmes travaillent très facilement en réseau alors que les hommes ont besoin de référer dans un fonctionnement hiérarchique. Je ne suis pas une ayatollah du féminisme, je ne suis pas Laurence Rossignol. Je suis militante de la parité, du droit des femmes et de l’égalité salariale. Je préfère que l’on m’appelle LE sénateur que LA sénatrice. »
Vous êtes donc contre l’écriture inclusive ? « Ah oui ! Je suis POUR la chasse et CONTRE l’écriture inclusive ! Je trouve cela d’une absurdité délirante, cela n’a aucun sens c’est une négation de la culture et de l’histoire. Le « pater familias » est une notion connotée et datée. »

Quel sont vos principaux défis professionnels à venir : « Finir les régionales, ma liste en Seine maritime qui est un vrai enjeu car il faut 39 membres et je ne les ai pas pour l’instant, le défi le plus important c’est en ayant une candidature indépendante ne pas faire le jeu du Rassemblement National, c’est fondamental. Il y a un enjeu immédiat de territoires mais également un enjeu de programme pour l’instant je suis la seule à avoir publié un programme, j’espère que l’on pourra marquer le débat. Je m’emploie a finir ma liste.« 

Nathalie Goulet vient d’apprendre que l’un de ses colistier en Seine Maritime était atteint du COVID : « Nous continuons de faire campagne, de faire du porte à porte et les marchés puisque l’on a maintenu les élections. Je voulais absolument qu’on les reporte. »

Le second défi est concomitant au Sénat puisque l’on va examiner le 25 mai, une proposition de loi que j’ai déposée le 8 janvier 2020 sur l’irresponsabilité pénale liée non seulement à l’affaire Halimi mais à d’autres affaires, le code pénal ne peut pas être un permis de tuer si l’on prend des stupéfiants ou si l’on se met soi même dans une situation d’irresponsabilité. »

Un conseil pour les jeunes femmes des générations futures ? « Il faut y aller ! Il faut aller aux élections, confronter les idées, s’imposer. il faut faire la différence entre Paris-Lyon-Marseille où la politique est un peu pipée, sur des territoires plus ruraux qui sont quand même la majorité de la France, c’est le terrain qui est très important. les femmes doivent s’engager qu’elles soient infirmières, agricultrices, on a besoin d’une représentation pluriprofessionnelles féminine sur les territoires et il ne faut pas avoir peur, il faut s’organiser pour aider les femmes débordées. C’est très important. »

Propos recueillis par Romy Zucchet, le jeudi 29 avril 2021

Publié par Romy Zucchet

Journaliste, fondatrice & rédactrice en chef @Brillante Magazine