Van Gogh : une veuve si discrète

Vincent, Théo. Il en va de certains prénoms comme de certaines pièces. A peine percevons-nous les premières notes d’une mélodie que tout un monde se crée dans nos esprits. Si l’histoire se souvient des correspondances entre les deux frères Van Gogh, elle a oublié le travail essentiel d’une femme, Jo Van Gogh-Bonder, l’épouse de Théo.

Jo van Gogh-Bonger ,Amsterdam , April 1889 (Photo:Wikipedia/Woodbury_and_Page)

Lorsqu’un marchand d’art rencontre une professeur d’anglais, que l’un vit dans l’ombre d’un frère à l’esprit fatigué et l’autre dans les traces d’une famille conservatrice, élevée dans les principes de compromis et de discrétion des protestants bataves, le mélange est extrêmement compliqué à faire prendre et à faire tenir. 

Ne ne pas faire de vague, culte familial de la discrétion.

C’est en 1885 que Théo Van Gogh rencontre Johanna Bonder, surnommée Jo. À la seconde de leurs rencontres, Théo est tombé éperdument amoureux de l’enseignante. Difficulté, elle est déjà en couple et respectueuse de ses engagements sentimentaux. Peu encline à l’impulsivité et aux décisions hâtives, elle fera patienter son prétendant durant deux années avant d’accepter sa demande en mariage.

Passionnés l’un comme l’autre de vie et des autres, le couple aime à échanger et dialoguer. Théo, notamment, s’exprime avec insistance à propos de son frère, Vincent. Le marchand d’art ne cesse de parler du caractère torturé du peintre de génie. Il sème, sans le savoir, dans l’esprit de Jo les graines d’un chemin de vie qu’elle suivra jusqu’à son décès, en 1925. Concrètement, l’appartement qu’habite le couple se remplit des lettres reçues par Théo et des toiles offertes par Van Gogh.

Théo veut un enfant. Vincent naîtra quelques mois plus tard. 

En 1890, le génial peintre décède, dans des circonstances encore peu claires aujourd’hui. Suicide ou assassinat, la vérité ne sera certainement jamais connue. La disparition de Van Gogh mène Théo dans une déchéance tant psychologique que physique. C’est en 1891 que Théo Van Gogh meurt. Il laissera en héritage à son épouse pas moins de 400 toiles et plusieurs centaines de dessins et croquis du peintre torturé. Et une importante correspondance entretenue entre les deux frères Van Gogh.

Seule, Jo part s’établir à Bussum, aux Pays-Bas, où elle envisage de fonder une maison d’hôtes. La vie culturelle y est abondante, Jo souhaite trouver l’endroit idéal pour porter la parole qu’elle sent vive de son beau-frère, malgré les recommandations d’Emile Bernard qui lui propose de laisser toutes les toiles à Paris. C’est ainsi chargée de toute l’œuvre de Van Gogh qu’elle prend la route de la Hollande.

Convaincue de la valeur du travail de son beau-frère, Jo Van Gogh-Bonder se lance dans un apprentissage du monde des Arts. Elle écume les galeries et les collections pour s’acculturer de ce monde masculin des marchands d’art. 

Portrait de Jo Van Gogh-Bonger en 1925 par Isaac Israels (Photo : Flickr/Niels)

Elle ne désespère pas devant les portes fermées, les éclats de rire ou les moqueries. Jo dépouille les correspondances entre Van Gogh et Théo. Ce dernier, organisé et méthodique, a conservé l’ensemble des lettres reçues du peintre. Van Gogh, lui, dans la folie de son art, aura été moins ordonné dans la gestion de son courrier. Peu importe, Jo s’imprègne de la peinture de son beau-frère et de ses mots. Elle conscientise peu à peu la valeur inestimable de l’œuvre que les unes et les autres constituent, inséparables. Les lettres de Van Gogh sont écrites comme il peint. Annotées et complétées, comme pour donner à ses écrits la clarté complète de ses tableaux. Ce n’est pas pour rien qu’en 1888, en Arles, alors qu’il sombre de plus en plus dans la folie, Gauguin écrit à Van Gogh qu’il est “plus doué en réalisme qu’en peinture”.

Mise en pratique du marketing artistique

Stratège, Jo se forme. A l’art, avec la lecture, notamment, du journal Belge “L’Art Moderne” qui positionne les arts comme des formes d’expression politique. Elle entretient son féminisme socialiste dans la lecture de Mary Ann Evans, pro-féministe Anglaise qui a écrit sous le pseudonyme Georges Eliot.

Ce n’est que lorsqu’elle portera en elle la conviction d’avoir atteint la compétence à aller porter la parole de Van Gogh que Jo s’autorise à aller proposer le travail du peintre. 

Cette conviction, elle va l’acquérir à la lecture scrupuleuse de l’ensemble de la correspondance entre les deux frères, lecture qui lui offrira l’outil de décodage de l’œuvre de Van Gogh. Elle comprend que les peintures et les écrits sont indissociables les uns des autres pour constituer une œuvre complète.

Elle explique, dans son journal “Il [Théo NDLR.] ne m’a pas confié qu’un enfant. Il m’a légué le travail de Vincent et la tâche de le faire connaître”. Ce journal, il aura été conservé sous clé par sa famille jusqu’en 2009. La première entrée que l’adolescente de 17 ans coucha sur le papier était annonciatrice d’une vie qu’elle voulait différente. “Je trouverais terrible de devoir dire à la fin de ma vie que je n’ai vécu pour rien, que je n’ai réalisé rien de superbe ou de noble.”

L’agent du peintre se lance. Elle va à la rencontre du critique d’Art Jan Veth. Le promoteur de l’expression individuelle, pourfendeur de l’art académique, condamne de prime abord le travail de Van Gogh. Il se déclare “repoussé par la violence pure de certains tableaux” allant jusqu’à qualifier le travail de Van Gogh de “presque vulgaire”. Comme si une telle critique n’était pas suffisante, Jan Veth a certainement peu goûté le fait qu’une femme désire pénétrer le monde de l’Art. C’est ce que laissent penser les écrits de Jo qui, dans son journal intime, explique “Nous, les femmes, sommes pour une part considérable ce que les hommes attendent que nous soyons”. Mais la stratège a décelé chez le critique un potentiel à apprécier le travail de Van Gogh, elle termine sur “Je ne jouirais pas de repos aussi longtemps qu’il n’appréciera pas son travail.”

Elle adressera ainsi au critique d’Art une sélection des lettres de Van Gogh, incitant l’intellectuel à considérer les œuvres picturales au travers du prisme de ses écrits. Intelligente, elle ne va pas sur le terrain de la critique d’Art, mais sur celui des sentiments et de l’humain. Jo remporte une première victoire lorsque Veth écrit à propos des tableaux et de l’œuvre de Van Gogh qu’il voit “l’étonnante clairvoyance de grande humilité” et qualifie Van Gogh d’artiste qui “recherche la racine lointaine des choses”. Il conclut sur une note qui atteste de la justesse de regard de Jo “Une fois saisie sa beauté, je peux à présent accepter l’Homme dans son ensemble”.

Ce succès engrangé, Jo va à la rencontre de Richard Roland Holst, un peintre, pour lui demander de l’aider dans la promotion du travail de Van Gogh. À son propos, Holst écrira à un de ses amis “Madame Van Gogh est une femme charmante. Mais rien ne m’est plus déplaisant que de remarquer une personne s’agiter frénétiquement à propos d’un sujet qu’elle ne maîtrise pas”. Elle aura gain de cause. En décembre 1892 Holst soutiendra Jo dans l’organisation de la première exposition entièrement consacrée à Van Gogh à Amsterdam.

Femme avant d’être belle-sœur, Johanna poursuit sa vie

Johanna Bonger, veuve de Théo van Gogh, avec son fils et son second mari, Johan Cohen Gosschalk (1873-1912). (Photo : Wikipedia/Thomon)

Johanna Van Gogh ne néglige pas pour autant sa propre vie. Elle fréquente le peintre Isaac Israëls qu’elle quitte, car il refuse de se marier. Ultérieurement, elle adhère au parti socio-démocrate des travailleurs Hollandais et est co-fondatrice d’une organisation travailliste et de soutien aux femmes. Puis elle se marie avec un autre peintre batave, Johan Cohen Gosschalk.

Quadrilingue (néerlandais, français, anglais et allemand), Jo n’éprouve aucune difficulté à entrer en relation avec des propriétaires de galeries et autres organisateurs d’expositions aux quatre coins d’Europe. En 1895, alors qu’elle a 33 ans, ce sont pas moins de 20 tableaux de Van Gogh que le marchand d’Art Ambroise Volard inclut à son exposition. Dans le même temps, un groupe de jeunes peintres d’Anvers demande à emprunter des toiles pour mettre en valeur leur propre travail.

Devenue experte en Art, Jo applique des principes de marketing aux expositions des créations de son beau-frère. Lorsqu’une pièce majeure est exhibée, elle est systématiquement entourée de tableaux moins éclatants. Elle parvient ainsi à proposer aussi ces tableaux. Mieux, elle instille lentement les œuvres du peintre hollandais en Europe, veillant minutieusement à la quantité des peintures exposées à un même moment. Ainsi, à Paris en 1908, alors qu’elle expédie 100 tableaux pour être exposés, elle stipule qu’un quart de ces pièces ne sont pas à vendre, créant ainsi une bronca chez les marchands d’Art. La frêle héritière hésitante de la fin du XIXe siècle s’est muée en Générale d’armée conquérante au début du XXe.

En 1905, arrive la consécration. Elle organise, au sein du Stedelijk Museum d’Amsterdam ce qui, aujourd’hui encore, reste la plus grande concentration d’œuvres du peintre de tous les temps. Elle a la sensation que le moment est venu de frapper fort. Se rappelant des difficultés des premières années lorsqu’ aucun critique n’accordait de crédit au travail qu’elle leur présentait, Jo préfère gérer l’intégralité de l’évènement. Elle loue elle-même les galeries, imprime les affiches et va elle-même acheter les nœud-papillons du staff.

Elle demande à Vincent, son fils alors âgé de 15 ans, d’écrire les cartons d’invitation. Au résultat, 484 tableaux de Van Gogh sont exposés au cours de ce majestueux évènement. Le cours des peintures est, en l’espace de quelques mois, multiplié par 3 dans toute l’Europe.

C’est après avoir fait le tour du monde plusieurs fois pour promouvoir l’homme Van Gogh tout autant que ses tableaux qu’au début des années 1920, Jo voit sa santé décliner. Atteinte de la maladie de Parkinson, elle s’installe dans un appartement d’Amsterdam. Entourée des siens et souffrante, elle passera le reste de ses jours à expédier des toiles dans le monde entier pour exposer et faire connaitre le travail de Van Gogh.

Dernier hommage à son beau-frère et son défunt mari, elle fera reposer Théo et Vincent côte à côte, dans le cimetière d’Auvers sur Oise en organisant le déplacement des restes du corps de Théo.

En 1925, âgée de 63 ans, Johanna Gezina van Gogh, née Bonger s’éteint, laissant ses héritiers gérer l’une des plus magistrales œuvres picturales modernes.

Plus de 100 années d’oubli

En 2020, Emilie Gordenker devient directrice du musée Van Gogh. En guise de présent d’accueil, son équipe lui offre la biographie de Jo van Gogh-Bonger écrite par Hans Luitjens. La spécialiste de l’Art Flamand du XVIIe siècle saisit l’intérêt qu’elle a à découvrir le personnage. Elle parle aujourd’hui en ces termes : « Bien sûr, je ne possède pas le talent dont disposait Jo. Mais je pense pouvoir ressentir ce qu’elle a ressenti. Lorsque je prends des décisions, on me fait souvent remarquer ce que je suis. “Tu es une femme, tu fais les choses de façon singulière”. Nous voulons être évaluées sur des idées, mais sommes mis dans des cases. Ce devait être bien pire à l’époque de Johanna, d’entendre dire qu’une chose est impensable, uniquement car c’était une femme”.

La Galerie Van Gogh à Amsterdam (Photo : Flickr/Dennis Jarvis

Inauguré en 1973, le musée Van Gogh était prévu pour accueillir 60 000 visiteurs par an

En 2019, ce sont 2.1 millions de visiteurs qui sont venus admirer le travail du peintre qui, sans les efforts incessants d’une femme pour faire reconnaître le génie de l’Homme serait tombé dans l’oubli.

Publié par Olivier Tourchon

Olivier, 45 années et quelques. Passionné de choses et d'êtres. Je ne supporte pas de voir une porte fermée, je veux systématiquement voir ce qu'il se passe derrière.